La Parentalité aujourd'hui

La parentalité aujourd'hui

En repensant à mon mémoire de fin d'étude sur la parentalité aujourd'hui, je pensais que les nouvelles structures familiales amenait à penser différemment la parentalité. Après quelques années d'expérience dans le soutien en parentalité, je constate que ce n'est tant pas les nouvelles structures familiales qui créent des problèmes dans la parentalité que les nouvelles éducations, à savoir l'affectif. Aujourd'hui, nous aimons nos enfants et désirons qu'ils nous aiment. Nous les investissons et c'est tant mieux mais attendons également des retours narcissiques d'eux.

De plus, nous les considérons comme des prolongements de nous-mêmes. Quoi de mieux pour nous guérir d'une blessure d'enfance et tenter de faire mieux que nos parents. Plus question dès lors de les frustrer, de leur dire non et ainsi nous nous trouvons devant des enfants qui sont toujours dans une toute puissance dont 'ils ne savent que faire. Tôt ou tard, il serait mieux tôt, ils seront confrontés à la réalité du dehors, faite de frustrations et d'adaptation et le décalage s'avère énorme. D'où des comportements inadaptés, des colères insurmontables et répétitives, de la violence même dans des gestes inacceptables, même parfois chez les parents envers qui tente de frustrer son enfant. C'est donc une très grande douleur quand la vie externe à la famille s'en mêle et les place dans cette réalité là : non, ils ne sont pas tout puissants. D'où les bienfaits des limites éducatives.

C'est tout le défi de notre métier aujourd'hui, nous qui travaillons avec les parents, les amener à comprendre qu'en mettant un cadre dans leur éducation, ils aident leurs enfants à apprendre à gérer leurs émotions, à s'adapter à une vie sociale, à une future empathie et altérité. Rajouter un peu de normes à l'affectif est essentiel, l'enfant est rassuré par une structure.. Il s'agit donc d'aider les parents à mieux se structurer et à penser autrement leur parentalité, toujours après un travail de déculpabilisation et une visite dans leur propre histoire. La prise de conscience par un parent qu'il ne fait pas mieux ou n'arrive pas à faire mieux que ses propres parents est douloureuse. Le mythe du super parent s'écroule mais c'est aussi le meilleur moyen de sortir d'une victimisation et de prendre sa vie en se sentant responsable.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Siret N° 511 258 477 00021 - APE 8690F